Actualités


FORT DE LA JUSTICE:

 

 

Le débroussaillage réalisé au fort de la Justice permet maintenant d'avoir une belle vue sur cet ouvrage, construit en 1826, qui fait partie du camp retranché de Belfort.

Nous félicitons les réalisateurs de cette action, la ville de Belfort, et la régie de quartier des Glacis. 

Avec Christophe Grudler, nous demandons, depuis des années, des actions pour mettre en valeur ce fort, et surtout éviter qu'il ne finisse en ruines complètes.

Ce déboisement est une première opération. Il faut maintenant poursuivre et imaginer des utilisations possibles. Nous avons des propositions que nous sommes prêts à transmettre au maire de Belfort, s'il le souhaite.

Ci-dessus, avant et après le déboisement.


Bientôt un nouveau problème de nom ?

 

Après ce que nous devons bien appeler "l'affaire Tisserand" (voir en page Actualités), il semble que le Maire n'ai toujours rien compris. 

En effet, il vient de décider de donner le nom de Gérard Coinçon à la nouvelle tribune du stade des 3 Chênes.

D'abord, bravo pour cette nouvelle tribune. Le stade en avait bien besoin, et il y a longtemps qu'elle aurait dû être rénovée.

Ensuite, nous n'avons rien contre M. Gérard Coinçon, footballeur qui doit l'honneur de voir son nom attribué à la tribune, au fait qu'il est né à Belfort.

Mais, pourquoi a-t-il été choisi ? Pourquoi lui et pas un autre footballeur ou autre sportif ? Est-il, comme l'était M. Tisserand, parent d'un obligé du maire ?

 L'adjoint aux sports de la ville de Belfort à déclaré à l'Est Républicain " J’ai personnellement beaucoup réfléchi pour trouver un nom qui valorise à la fois le stade et ses utilisateurs. Mais je souhaitais un patronyme neutre."

Valoriser en attribuant le nom d'un parfait inconnu (au-moins pour 99% des Belfortains) est pour le moins étrange.

Et c'est donc lui et lui seul qui a décidé de ce nom. Qui a été validé par le Maire, forcément.

Encore une fois, c'est une curieuse façon de procéder. Comme pour la rue Tisserand. Une consultation aurait pu être lancée auprès des Belfortains, comme cela a déjà été fait pour les salles des jeunes aux Résidences et aux Glacis. Ou une commission réunie.

Comme pour les noms de rues, il est urgent que le maire cesse de se croire seul maître de Belfort, et de décider de tout, tout seul.

Cela lui évitera de faire bien des bêtises. 


NOM DE RUE à la MIOTTE : une POLÉMIQUE INUTILE:

 

Le maire de Belfort vient de décider de donner le nom d'Edith Cavell à la nouvelle rue située à la Miotte, et de renoncer à lui donner le nom d' André Tisserand.

Il n'est pas de notre ressort de juger du passé d'André Tisserand. C'est aux historiens de le faire et à eux de juger les faits.

Mais nous sommes encore une fois stupéfaits de constater que le maire de Belfort continue à agir selon ses envies, à naviguer à vue, générant des polémiques inutiles.

Cette affaire nous semble emblématique de sa façon de fonctionner:

  • il décide, seul, de donner le nom d'André Tisserand à cette rue
  • aux remarques qui sont faites sur cette décision, il répond d'abord (comme souvent): "Circulez, il n'y a rien  à voir". 
  • il avance des arguments qui ne peuvent que diviser encore plus
  • quand il se rend compte qu'il a tort, il fait marche arrière, mais sans le dire explicitement, et annonce une mise en attente de la décision.

La décision de ne pas donner le nom d'André tisserand à une rue de Belfort nous semble bonne, car elle apaise les tensions. Mais, en déclarant, dans l'Est Républicain du 07-09-2016:

"je souhaite que le temps de la réflexion soit pris et j’ai demandé que des recherches complémentaires soient menées. Je prendrai ma décision en fonction des éléments qui seront portés à ma connaissance. Mais je souhaite des éléments factuels et concrets. Je ne souhaite pas salir l’image d’un homme sur de simples allégations. Dans l’attente, la rue sera dénommée Edith Cavell, héroïne anglaise de la Première Guerre mondiale, infirmière, espionne et membre d’un réseau d’évasion de soldats alliées, fusillée par les Allemands à Bruxelles, le 12 octobre 1915", le maire continue à attiser les tensions.

En effet:

  • pourquoi cette décision de renoncer n'est-elle pas définitive ? Pense-t-il vraiment que tous les Belfortains accepteront un jour le nom d'André Tisserand?
  • pourquoi décide-t-il encore seul du nom d'Edith Cavell ? A-t-il consulté des historiens ? Sur quels critères décide-t-il ? (Même si nous n'avons aucune remarque sur le fait de donner le nom de cette héroïne mondialement reconnue). A-t-il fait établir une liste de noms potentiels avant de choisir ? Ou est-ce seulement parce que la statue d'Edith Cavell est située juste sous ses fenêtres, et que c'est le premier nom qui lui est venu ?
  • pourquoi dire "dans l'attente, la rue sera dénommée Edith Cavell": la débaptisera-t-il dans quelques mois ? Pour remettre le nom de Tisserand ? Cela serait stupide et générateur de tensions encore plus exacerbées qu'aujourd'hui.

Nous conseillons donc à M. le maire de changer sa façon de faire et de réfléchir avant d'agir. De consulter largement. De faire participer vraiment les Belfortains et leurs représentants (politiques, associatifs, ...).

Et cela ne pourra que profiter à tout le monde. Y compris à lui. 

Mais pendant que tout le monde polémique sur ce genre de sujets, personne ne parle des autres problèmes que rencontre notre ville, et cela arrange le maire....


INSÉCURITÉ:

 

Belfort vient de vivre un événement dramatique, avec l’agression sauvage d’un agent de la CAB, jeudi 23 juin, aux Résidences.

Nous l’assurons, lui et ses proches, de tout notre soutien.

Il n’est pas question de « récupérer »  cet acte ignoble pour polémiquer. Mais certains ont déjà lancé une polémique au-travers des médias Belfortains. Dont le Maire. C’est pourquoi nous prenons position et donnons notre avis sur cette situation.

 Pour nous, il est nécessaire de placer cette agression dans son contexte :

Des incidents  graves se reproduisent régulièrement à Belfort et sont loin d’être en diminution:

  • Voitures incendiées : pas de semaine sans que les médias ne rapportent des incendies sur des voitures privées ou Optymo
  • Pelleteuses, poubelles  incendiées
  • Groupes de jeunes bruyants, qui occupent des centres commerciaux, lieux de passages, squares… (lire les CR des conseils de quartiers)
  • Incivilités régulières dans les bus, la piscine du parc, rodéos,…
  • Occupation du domaine public par des jeunes, qui utilisent une piscine gonflable en pleine rue,  la remplissant d’eau aux bouches d’incendie, sans que la Police Municipale n’intervienne ?
  • ….

Et, bien sûr, le plus grave est  cette agression odieuse d’un employé de la CAB

Suite à ce dernier acte, le maire a réagi en disant (Extraits d’un article de l’Est Républicain):

     « J’ai interpellé le préfet, le commissaire de police et la procureure  de la République et j’en appelle à la mobilisation des moyens de l’État ».  

     « Malgré le renforcement de  la  police  municipale, la Ville de Belfort ne peut pas être seule à agir »

 Il y a des zones de non droit à Belfort : «  La Ville  a ordonné à ses agents du service  propreté  de  ne plus circuler seuls aux Résidences »

Il reconnait donc qu’il y a des problèmes, mais c’est la faute de la Police Nationale et de l’Etat. 

 

Comme d’habitude, le maire rejette ses erreurs sur les autres.

Or, objectivement, le constat que nous faisons de son action en matière de sécurité, est un constat d’échec. 

 

Et cet échec est d’autant plus important que, en 2014, le candidat Meslot avait fait de la sécurité un point essentiel de sa campagne pour les municipales (voir extrait de son programme ci-dessous).

Son programme était clair : « Faire de Belfort l’une des villes les plus sûres de France »

Il allait appliquer le pouvoir de police du Maire. Pratiquer la tolérance 0.

Pour cela, des actions phares, qui devaient résoudre tous les problèmes :

  • Le renforcement des effectifs de la Police Municipale (doublement avait-il dit)
  • Le renforcement de la présence sur le terrain, avec des interventions rapides de jour comme de nuit
  • L’évacuation des halls d’immeubles 
  • L’installation de caméras

L’objectif du maire est donc loin d’être atteint, et, au contraire, la sécurité continue de se dégrader dans notre ville.

A cela, plusieurs raisons :

  • Les actions engagées par le maire ne sont pas efficaces. 
  1.   Si les caméras de surveillance étaient la panacée, cela se saurait (Voir rapport de la  Cour des Comptes et de toutes les études sérieuses)
  2.  La police Municipale ne peut pas tout traiter. Elle n’en a pas les moyens et ce n’est pas son rôle. Et ce n’est pas la doter de tasers, qui lui permettra de rétablir l’ordre dans « les quartiers », la nuit. Ni même le jour. 
  • Les promesses faites aux habitants de certains quartiers (votez pour moi, vous aurez du travail) ne sont pas tenues. Ils se sentent encore plus  abandonnés. Y compris par leurs anciens « leaders » qui ont pris des postes et ne vont plus sur le terrain.
  • Le « tout répression » est inadapté et ne sert qu'à envenimer les choses. Il faut bien sûr réprimer quand c'est nécessaire, mais ce n'est pas suffisant.
  • Le volet Prévention (et toutes les actions qui s’y rattachent) est complètement négligé par le maire. Où sont les éducateurs de rues promis par le maire en 2014, et qui devaient s’occuper des jeunes le soir ? 
  • Quel est le résultat de la politique du maire en matière de périscolaire => des jeunes qui errent dans les rues dès 16h

 

Nous savons bien sûr que rien n’est simple, que l’insécurité est un problème difficile à résoudre.  Nous avons toujours dit que ce problème était à traiter avec l’Etat, la Police Nationale,… Contrairement au maire qui promettait tout en 2014 et aujourd’hui critique l’action de la Police Nationale.

 

Nous pensons que la ville doit consacrer de l’argent pour l’éducation, le sport, la culture afin de sortir ces jeunes de leur isolement (et les moins jeunes aussi). 

 

L’argent que le maire est prêt à mettre pour aménager la Savoureuse serait plus utile pour subventionner le périscolaire ou attirer les entreprises à Belfort.

L’argent qu’il veut mettre pour déménager le commissariat de police municipale dans l’hôtel du gouverneur serait plus utile en investissement dans les quartiers. Sauf si, conscient de cette insécurité croissante, le maire voulait avoir « sa police » près de lui pour se sentir en sécurité ?

 

 

Ci-dessous, le programme du candidat Meslot en 2014 sur le chapitre de la Sécurité:

Il ne manque pas d'air !!!!

Lors de l'Assemblée Générale de l'Association des Maires du Territoire de Belfort, le maire de notre ville s'est, encore une fois, plaint de la baisse des dotations de l'Etat.

Mais comment ose-t-il le faire ????

Il vient d'annoncer 2 projets qui vont coûter très cher aux Belfortains:

  • le déménagement de la Police Municipale
  • l'aménagement des berges de la Savoureuse

Il va déménager le commissariat, alors qu'il a coûté 1,5 millions d'Euros il y a 2 ans !!!! 1,5 M€ jetés à la poubelle !!!! (voir Blog de Christophe Grudler)

Pour les berges de la Savoureuse, il va dépenser au moins 10 Millions d'Euros. Pour aucun impact commercial, aucun impact sur l'emploi (voir notre dossier). 

Et il ose se plaindre que l'Etat ne lui verse pas assez d'argent ??????

Notre Maire ne manque vraiment pas d'air !!!!

Il devrait faire preuve d'un peu plus de retenue et arrêter de toujours rejeter la responsabilité de ses actes sur les autres.


SONDAGE OU CONSULTATION ?

Mesure de la popularité du maire de Belfort

 

 

 

 

Tout sondage a un objectif.

Quel est celui du maire pour cette enquête ?

 

Une polémique s'est engagée sur un "sondage" réalisé, par l'IFOP, auprès des habitants de Belfort.

Pendant que certains dénoncent un sondage réalisé sur la popularité du maire, celui-ci répond qu'il s'agit d'une "consultation des habitants" (E.R du 19 mars).

Alors qu'en est-il exactement ? Sur quoi porte cette enquête ?

Plusieurs de nos membres ayant été consultés, nous pouvons dire très objectivement, que « tout le monde » a raison.

En effet, il s'agit de demander aux Belfortains:

  - s'ils sont satisfaits de l'action de M. Meslot sur la sécurité, le commerce, la circulation, ....

  - quelle image ils ont du maire : est-il efficace, autoritaire, accessible,....

Il s'agit bien là d'une enquête de popularité.

Des questions sont également posées pour savoir dans quels domaines le maire doit agir (sécurité, circulation, emploi,...). On peut considérer qu'il s'agit de demander l'avis des habitants. Mais les thèmes étant très vagues, cette consultation sur les priorités semble plutôt être un alibi qu'une réelle enquête.

Demander l'avis des Belfortains sur des projets déjà annoncés (hôpital, Forges, Savoureuse,...) eût été plus utile. Mais peut-être plus dangereuse.

Globalement, on ne peut donc que reconnaître que cette enquête va surtout servir à juger de la popularité du maire après 2 ans de mandat. 

Dans quel but ?

L'hypothèse la plus vraisemblable est que le maire est devant un dilemme important pour lui: la loi sur le non-cumul l'oblige à choisir entre ses 2 mandats avant la fin de cette année. 

Il doit donc savoir où il en est.

Il a perdu les derniers scrutins: départementales, régionales, avec des scores qui étaient quasiment des camouflets.

Et les législatives ne se présentent pas bien, dans un Territoire de Belfort où le FN a fait 35% et la liste LR 30%.

Il ne doit donc pas se tromper. 

De plus, son mandat de maire se termine en 2020, alors que le futur mandat de député ira jusqu'en 2022. 

Si sa popularité municipale est forte, il restera maire. S'il sent qu'en 2020 les Belfortains voudront changer de maire, il se présentera aux législatives pour garder un mandat plus longtemps.

Voilà, pour nous, la vraie raison de cette enquête. 

En tout cas, comme il semble que c'est le contribuable Belfortain qui paie cette enquête, les résultats complets devront être publiés. et pas enterrés comme l'audit financier (voir ci-dessous).

Et cela qu'ils soient bon ou mauvais.

 


 

Le mardi 08 mars, avait lieu la journée des Droits des Femmes.

Une journée de manifestations, réunions, initiatives, concerts et activités de toutes sortes pour mesurer le chemin parcouru et les avancées qui restent à faire en matière d'égalité. 

Mais un autre type de journée de la femme parasite cet événement. Comme l'indique, par exemple, le Ministère de la Famille:

"Cette journée se mue ainsi sur les affiches 4×3 en journée 'des femmes', voire pire, en journée 'de la femme'. […] Dans les vitrines des grands magasins, on trouve cette année des offres promotionnelles 'spéciales 8 mars' avec par exemple 20 % de réduction sur la 'parfumerie, hygiène, petit électroménager, beauté'. Les magasins et les publicités ne sont pas les seuls à blâmer. Des collectivités et des associations organisent aussi des événements dont le lien avec la défense des droits des femmes ne saute pas aux yeux : 'Salon de la femme' avec concours de repassage, humoriste connu pour ses blagues misogynes en animateur d'événement, élection de Miss Stade…"

Dans le Territoire de Belfort, le Président du Conseil Départemental a fait distribuer une rose à ses employées. Cette distribution est mal venue. Le 8 mars n'est pas une fête, c'est une journée de lutte pour le droit des femmes. 

M. Bouquet n'a rien compris, semble-t-il, au but de cette journée. Espérons qu'il montrera, dans sa gestion du personnel de Département, que c'était une maladresse, et qu'il mettra en place les mesures nécessaires à l'égalité.

 

A cette distribution paternaliste de fleurs, nous préférons la démarche de Christophe Grudler, qui propose de mettre en place des mesures pour augmenter le nombre de lieux (rues, places,...) portant un nom de femme (voir sur son blog).

Globalement, dans toutes les villes de France, il y a un gros écart entre les noms d'hommes et les noms de femmes. Cela s'explique bien sûr par l'histoire. Mais aujourd'hui, il n'y a plus aucune raison à cet écart.

A Belfort, il y a 15 fois plus de noms d'hommes que de noms de femmes (environ 20 noms de femmes pour 300 noms d'hommes).

Il est donc temps de changer cela, et de faire ce qu'il faut pour que la vingtaine de femmes honorées à Belfort soient rejointes par beaucoup d'autres.

Bien sûr, nous ne demandons pas à M. Meslot de débaptiser des rues. Mais de s'engager à privilégier des noms de femmes, à l'occasion de la création de nouvelles rues, de modification à la demande d'habitants (comme pour la via des Morts, par exemple),...


Audit or not Audit ?                                                                                 31/01/2016

 

Une polémique oppose actuellement Mme Jaber, (Conseillère municipale) à M. Meslot, maire de Belfort.

Mme Jaber demande la publication d'un audit réalisé par un cabinet de conseil (Partenaires Finances Locales). Cet audit a été commandé par arrêté municipal (N° 14-1424) du 23/09/2014.

Apparemment, le maire de Belfort n'est pas disposé à publier les résultats de cet audit (Est Républicain du 31/01/2016).

Ce refus de diffuser cet audit est surprenant.

D'abord, parce que la réalisation d'un audit était une promesse de campagne comme indiqué ci-dessous dans le programme du candidat Meslot:

Le maire se flatte de tenir ses promesses de campagne. Pourquoi n'honore-t-il pas celle-la ?

Ne pas diffuser les résultats donne beau jeu à l'opposition d'aujourd'hui de dire que les audits sont bons pour la majorité précédente et que c'est la raison pour laquelle le maire ne les communique pas.

Et que donc, l'argumentation du maire quand aux difficultés pour lui de tenir ses engagements de campagne ne tient pas.

Nous demandons donc au maire de publier les résultats de cet audit. 

Les Belfortains ont le droit de les connaître, puisqu'ils ont payé 11 280 € pour y voir clair. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.


Augmentation du prix des parkings payants:

Le prix du parking augmente à Belfort

 

L'Est Républicain du mardi 05 Janvier 2016 nous apprend que les tarifs du stationnement payant à Belfort avaient augmenté au 1er janvier.

Les tarifs augmentent donc de 4 à 10 % (l'Est Républicain), ce qui est très important, compte tenu de l'inflation (0% sur 1 an en novembre 2015).

Notons que Montbéliard augmente aussi ses tarifs, mais que le prix sera de 20€, là où il sera de 26, voire 37€ (pour les "extérieurs"), à Belfort.

Aucune information n'a été donnée aux Belfortains par la mairie. Cette augmentation a été faite en catimini, annoncée seulement en Conseil municipal.

Le mercredi 06, toujours dans l'Est républicain, le maire fait une opération de communication, pour essayer de désamorcer le mécontentement, en annonçant la mise en place d'un abonnement annuel, qui permet d'économiser un mois d'abonnement. C'est une bonne initiative, bien sûr, souvent mise en place dans tout type d'abonnement. Mais il ne parle toujours pas de cette forte augmentation, et donc essaie de la cacher.

Aurait-il peur de la réaction des Belfortains, lui qui annonçait il y a quelques mois qu'il n'y aurait pas d'augmentation des tarifs du stationnement (à l'occasion du projet de parking souterrain).

Le maire s'est engagé à ne pas augmenter les impôts durant tout son mandat. Alors il augmente les autres types de recettes. Mais ce sont toujours des impôts.

Cette augmentation est d'autant plus surprenante, que le maire annonce en même temps faire des économies partout.

Et cette augmentation ne peut qu'avoir un impact négatif sur le commerce, en décourageant toujours plus les "extérieurs" de venir faire leurs achats à Belfort.

 

Nous terminerons avec un mot sur la fin des avantages "stationnement" aux élus, que le maire met en avant dans son opération de "comm" du 06 janvier.

Nous ne pouvons qu'être en phase avec cette volonté. mais cela serait encore plus probant si ces élus n'avaient pas à disposition un parking réservé, place de l'Arsenal.


La mairie a organisé des élections pour désigner une partie des administrateurs de la nouvelle Régie des Quartiers.

Ce vote était ouvert à tous les participants aux conseils de quartier. 

La mairie vient d'annoncer les résultats de ce vote. 

Nous tenons à féliciter les personnes élues, ainsi que le parti "Les Républicains", dont ces élus font partie ou en sont très proches. 

Bien évidemment, nous sommes convaincus qu'il s'agit là d'un hasard, et que ces nouveaux administrateurs sauront travailler en toute indépendance.

Ci-contre, copie du courrier envoyé par le maire, donnant le résultat des élections des administrateurs de la future régie des quartiers de Belfort.

Nous nous permettrons juste un conseil: pour de futurs courriers, merci au maire de ne plus employer le terme "candidater", comme le recommande l'Académie Française sur son site.


Les élections régionales auront lieu les 6 et 13/12/2015.

Christophe Grudler, que nous soutenons dans son action municipale, se présente à ces élections.

Le code électoral interdit à une association de soutenir un candidat. Notre association n'organisera donc aucune manifestation qui pourrait être assimilée à un soutien à Christophe Grudler ou à ses colistiers.

Notre activité d'analyse et de suivi de la vie municipale se poursuit normalement. Par contre, nous n'organiserons pas de repas, conférences ou autres réunions pendant la période électorale.


Qu'arrive-t-il à M. Boucard ???

 

Dans l'Est Républicain, M. Boucard a fait paraître, il y a quelques jours, un communiqué, dans lequel il s'en prend à Christophe Grudler, suite à l'annonce de M. Koeberlé de son départ du Modem.

Il ne nous appartient pas de commenter les affaires internes au Modem, puisque notre association se veut apolitique.

Julie de Breza, conseillère départementale, a réagi (lire sur le site "http://www.grudler-debreza-2015.fr"), et nous n'argumenterons pas sur le fond des déclarations de M. Boucard, qui sont stupides. La vitalité de notre association et le nombre de nos adhérents, suffisent à répondre.

Nous sommes par contre, très surpris par l'acharnement de M. Boucard à attaquer Christophe Grudler, dans les journaux ou sur les réseaux sociaux (twitter) .

A l'heure où partout dans notre pays, l'alliance pour l'alternance est souhaitée par tout le monde, où MM. Juppé et Bayrou "marchent ensemble", M. Boucard, bien évidemment, sur ordre de M. Meslot continue d'attaquer Christophe Grudler.

Par contre, nous sommes obligés de constater que jamais il n'attaque les représentants du FN, du PS ou du MRC. 

Ces attaques incessantes et gratuites montrent, à l'évidence, que seul Christophe Grudler est considéré comme une alternative crédible à l'hégémonie de M. Meslot sur Belfort, et que celui-ci cherche toujours à affaiblir le Conseiller Départemental de Belfort-3.

Plutôt que ces attaques formulées à l'abri des écrans d'ordinateurs, nous aurions aimé que M. Boucard ait le courage de se présenter devant les électeurs de Belfort-3, au lieu de se cacher derrière son chef et employeur. On aurait sans doute vu, alors, qui était seul.


Ci-dessous le texte complet du communiqué envoyé aux médias locaux par notre association le 22 Janvier 2015:


"L'association "Nouveau Souffle pour Belfort" s'étonne de l'annonce (Est Républicain du 21 Janvier) d'un sondage réalisé par l'UMP en vue des élections départementales de mars 2015.

Ce sondage indique que M. Meslot envisage de se présenter soit sur le canton de Belfort 1, soit sur celui de Belfort 3.

L'Association s'interroge:

     - M. Meslot étant déjà en cumul de mandat, sa candidature serait celle d'un prête-nom, car il serait obligé de démissionner au soir de son éventuelle élection. Ce n'est pas avec ce genre d'attitude que les électeurs retrouveront confiance dans leurs hommes politiques.

     - Envisager de se présenter sur le canton de Belfort3, immédiatement après l'annonce de la candidature de Christophe Grudler sur ce canton, indiquerait un reniement de la parole donnée. En effet, nous rappelons que M. Meslot s'est engagé à soutenir la candidature de C. Grudler pour les élections départementales (Est Républicain du 26/03/2104)

Cet engagement, a été pris devant les Belfortains, suite au désistement de Christophe Grudler en faveur de M. Meslot entre les 2 tours des élections municipales, ce qui a permis le changement de majorité à Belfort. L'engagement de M. Meslot n'aurait-il été pris que pour récupérer les voix de C. Grudler ?

Alors que celui-ci ne cesse d'appeler au rassemblement, ce sondage est un signe d'une volonté de division qui est très malvenue actuellement.

 

Nous ne pouvons imaginer que le maire de Belfort ne tienne pas sa parole et présente un candidat contre Christophe Grudler et demandons au maire de Belfort de respecter son engagement pris devant l'ensemble des Belfortains"


Vous trouverez ci-dessous l'article de l'Est Républicain contenant l'annonce du soutien de D. Meslot à Christophe Grudler, pour les élections départementales.

Télécharger
ARTICLE EST REP SOUTIEN MESLOT.pdf
Document Adobe Acrobat 278.6 KB

Samedi 10 janvier, Christophe Grudler a présenté ses vœux aux Belfortains, à la Maison du Peuple.

Cette petite cérémonie, très conviviale comme tous les ans, a vu l'annonce de la candidature de Christophe Grudler pour les élections départementales de mars 2015.

Vous pouvez retrouver la totalité de la déclaration de Christophe Grudler sur son blog (http://grudler.typepad.fr).